Zoom sur la puce pour PC capable de rivaliser avec le M1 d’Apple

Dévoilée vers la fin de l’année 2020, la puce M1 a permis à son concepteur, Apple, de prendre une incroyable avance sur le marché des ordinateurs portables grâce à ses performances révolutionnaires. En effet, basée sur l’architecture ARM, le chipset (puce) M1 surclasse, et de loin, tous les processeurs rivaux (Intel, AMD, Qualcomm) par ses vitesses incroyables et son efficacité énergétique inédite.

Alors que de nombreux consommateurs ont encore du mal à croire à l’existence de la puce M1, pourtant bien réelle, le nouveau PDG de Qualcomm étonne encore plus en déclarant que son entreprise proposera bientôt un processeur pour PC capable de concurrence cette dernière. Retrouvez les détails dans ce billet.

A voir aussi : CAO, FAO et ERP : quel intérêt pour les entreprises 

Le progrès forcé de Qualcomm pour rester sur le marché des laptops

Pour ne pas se laisser distancer par la célèbre marque à la pomme sur le marché des ordinateurs portatifs, Qualcomm a dû repenser entièrement sa stratégie. C’est en effet dans cette optique que la firme procédait en début d’année au rachat de Nuvia – une start-up fondée par des anciens d’Apple – pour un total de 1,4 milliards de dollars.

En s’appropriant de la sorte les services de cette ancienne équipe d’ingénieurs d’Apple, l’entreprise, à la tête de laquelle se trouve désormais Cristiano Amon, délaisse à son tour les designs de référence d’ARM pour développer ses propres CPU.

Lire également : Tous les GPS se valent-ils ?

L’objectif ici étant de concevoir, d’ici la fin de l’année prochaine, des puces ultra-rapides et puissantes capables de surpasser le nouveau bijou d’Apple. Une entreprise qui n’est pas des plus simples, mais que le numéro mondial des SoC de smartphones a bien l’intention de mener à terme.

C’est en tout cas ce qu’a déclaré le nouveau CEO de Qualcomm lors d’une interview accordée à Reuters. En effet, pour lui, la société Qualcomm a désormais les capacités de concevoir un processeur capable d’égaler, et même de surclasser la M1 de son concurrent principal. Très optimiste, Cristiano Amon a prévu la sortie de cette « meilleure puce du marché » pour PC pour l’année 2022.

Un plan B pour Qualcomm ?

Même avec les sérieux arguments que détient la société Qualcomm depuis le rachat de Nuvia, elle pourrait bien être confrontée à des contretemps qui pourraient l’empêcher d’atteindre son nouvel objectif. Conscient de cela, l’homme à la tête de l’entreprise a pris certaines précautions juste au cas où les vétérans d’Apple et les nombreux ingénieurs ne seraient pas à la hauteur durant la phase de développement de sa puce.

Ainsi, M. Amon, par prudence, a préféré que son entreprise conserve les liens qu’elle entretient avec le concepteur ARM depuis des années. Pour cela, le numéro mondial des SoC de smartphones n’a abandonné que l’architecture CPU de référence de son partenaire. Cette stratégie laisse donc une porte ouverte à Qualcomm qui pourrait, en cas d’échec, se rabattre simplement sur les processeurs ARM actuellement en développement.

En effet, comme il l’explique lui-même, « Si ARM… finit par développer un processeur qui est meilleur que ce que nous pouvons construire nous-mêmes, nous pourrons toujours prendre une licence auprès d’ARM ».

Le souci pour Qualcomm, seul représentant d’ARM sous Windows 10, est le retard dont il accuse désormais par rapport à la marque à la pomme, alors qu’il était le premier à se lancer. Un retard qu’il doit tout particulièrement à Microsoft qui tarde à développer des outils comme l’émulation x64/ARM64 qui étaient disponibles dès le premier jour chez son principal concurrent. Et vu l’allure que viennent de prendre les choses, ce retard risque encore plus de se creuser en attendant la sortie des premières puces ARM Snapdragon à cœur CPU Nuvia durant la seconde moitié de l’année 2022. A cette date-là, le géant américain Apple peut être sur le point de dévoiler au public sa troisième génération de SoC. 

Pour être concurrentielle à ce moment-là, la société Qualcomm devra alors tenir ses promesses. A l’en croire, elle espère dévoiler un cœur CPU 50 % plus performant que les cœurs AMD Zen 2 et Intel Sunny Cove pour seulement 1/3 de leur consommation énergétique. Un pari qu’elle devra tenir si elle souhaite avoir la plus grosse part du marché des PC en 2022.