Télépilotage de drone : quelles sont les précautions à prendre ?

Les drones sont des gadgets ultra-sophistiqués qui suscitent l’intérêt des jeunes et moins jeunes. Cette technologie de pointe n’a cessé de se développer ces dix dernières années, s’invitant dans différents secteurs d’activité. Elle ne s’utilise plus uniquement dans la surveillance ou la sécurité militaire. De nos jours, les drones sont devenus incontournables pour la couverture photo ou vidéo de divers évènements. Ils servent d’ailleurs pour de simples prises de vue aérienne pour des besoins médiatiques ou autre. Pour ce faire, des personnes se spécialisent dans leur manipulation, car ces objets volants nécessitent des compétences singulières. Quelles sont les précautions à prendre pour télétpiloter un drone ?

Télépilotage de drones : suivre une formation spécifique

Le prix des drones varie sur le marché. Certains modèles très sophistiqués et professionnels dépassent les milliers d’euros. S’il est une précaution avant de télépiloter ces engins, c’est bien de se former à leur manipulation. Rassurez-vous, des centres se spécialisent dans l’apprentissage et la formation en télépilotage de drones. Des experts vous apprennent les techniques, les astuces et les modalités pour manier ces appareils de précision avec adresse. Vous souhaitez en savoir plus sur ce genre de formation ? Rendez-vous directement sur un site spécialisé et demandez des informations.

A lire aussi : Zoom sur la puce pour PC capable de rivaliser avec le M1 d’Apple

Une formation en télépilotage de drones est fortement recommandée pour débuter dans ce secteur. Des techniciens spécialisés dans la manipulation et le pilotage des engins vous guideront à travers des méthodes pédagogiques qui ont fait leurs preuves. Au lieu d’apprendre sur le tas, vous bénéficierez d’acquis théoriques et de séances pratiques pour vous exercer.

Drones : respecter les mesures de sécurité en vigueur

télépilotage drone

A lire aussi : Pourquoi opter pour le Samsung Galaxy ?

Le pilotage d’objets volants, incluant les drones, est soumis à des réglementations strictes. Qu’il s’agisse de loisirs ou d’activité professionnelle, vous devez savoir qu’on ne fait pas voler un drone sur n’importe quel territoire. Certaines zones sont même interdites de vol et nécessitent parfois des autorisations. Pour connaître les règles de base dans le pilotage de drone, 10 recommandations sont souvent mentionnées sur la notice d’information de votre engin. Elle explique ce que vous pouvez faire et ne pas faire, comme l’interdiction de faire voler l’appareil dans les espaces publics, les aérodromes ou encore les sites sensibles.

Ensuite, lorsque vous pilotez un drone, assurez-vous de respecter la règle des 120 mètres de hauteur. Il s’agit de la norme maximale à ne pas dépasser. Vous devez donc toujours vérifier la hauteur autorisée dans le périmètre où vous souhaitez faire voler votre drone. Sachez qu’un survol est passible d’une peine d’emprisonnement. Pour ce faire, informez-vous au préalable pour éviter de commettre des infractions ou de perdre votre drone, tout simplement.

Piloter un drone uniquement en journée

Si vous n’avez pas les attestations requises ou une permission spéciale, sachez qu’un drone ne peut se piloter la nuit. Certains diront qu’ils sont équipés d’un dispositif de signalement lumineux, mais même cette précaution ne vous donne pas le droit de l’utiliser en pleine nuit. Au risque de recevoir une amende d’environ 15 000 euros, le mieux serait de rester prudent dans la manipulation de l’engin volant.

En vous formant minutieusement au télépilotage d’un drone, vous apprendrez à identifier les zones permises de vol et celles interdites. Vous saurez également manier l’engin volant sans risquer de perdre le contrôle et d’abîmer votre drone.